INTERMARCHÉ
WANTY

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les drames Demoitié et Goris 2016

C’est une double cicatrice. Les plaies sont aujourd’hui refermées, mais la douleur reste vive. L’équipe Intermarché-Wanty Gobert Matériaux a connu de nombreuses joies et des euphories tout au long de son existence. Mais elle a malheureusement vécu aussi des drames. Des événements d’une grande tristesse qui restent dans toutes les mémoires des proches de la formation wallonne, de tous les suiveurs du vélo et amateurs de cyclisme.

Avec la perte de deux de ses coureurs. Avec la mort de Rob Goris et le décès d’Antoine Demoitié. Ces deux jeunes garçons au profil différent n’ont pas eu la même trajectoire. Mais ils ont tous les deux rejoint le cimetière des coureurs cyclistes partis trop vite, plongeant à chaque fois l’équipe dans une immense tristesse.

Le 27 mars 2016, Antoine Demoitié a perdu la vie sur les routes de la classique Gand-Wevelgem. Un enchaînement de circonstances malencontreuses a provoqué sa mort, à 25 ans à peine. Après une centaine de kilomètres, il était impliqué dans une chute. Mais, alors qu’il s’est relèvé, Antoine Demoitié était percuté par une moto. Emmené à l’hôpital de Lille, ‘Toine, comme ses copains l’appelaient affectueusement, ne pouvait pas y être sauvé.

Depuis cette horrible journée du 27 mars 2016, chacun s’est reconstruit, a continué à avancer à sa façon. L’équipe a décidé de mettre des logos Ride For Antoine sur les vélos de ses coureurs et ses véhicules. Deux des plus grands succès de l’équipe ont ensuite été associés à Antoine Demoitié. Avec d’abord le succès d’Enrico Gasparotto dans l’Amstel Gold Race, trois semaines à peine après le drame. Lors d’une journée très intense en émotions, l’Italien décrochait le premier succès de la formation de Jean-François Bourlart dans une classique World Tour. Et ensuite avec la victoire de Biniam Girmay en 2022 dans Gand-Wevelgem, exactement six ans après le décès du regretté coureur liégeois dans cette même épreuve. Tout un symbole.

Un peu moins de quatre ans plus avant, les membres de la grande famille de l’équipe wallonne avaient déjà vécu une tragédie avec la mort de Rob Goris. Il avait rejoint la formation wallonne en 2011, quand elle s’appellait encore Veranda’s Willems – Accent. Avec un physique atypique pour un cycliste. Ce Flamand né à Herentals a la particularité d’avoir longtemps pratiqué le hockey sur glace, à un haut niveau, puisqu’il a été appelé plusieurs fois en équipe nationale belge. Avant de se mettre au vélo avec le rêve de percer dans ce sport. Volontaire et solide rouleur, il a marqué les esprits en s’offrant le titre de champion de Belgique des élites sans contrat. Ce qui lui a permis d’en décrocher un, de contrat, au sein de l’équipe de Jean-François Bourlart. Mais un an et demi plus tard, il s’est écroulé dans sa chambre d’hôtel. Victime d’un arrêt cardiaque en ce triste jour du 5 juillet 2012, Rob Goris meurt à l’âge de 30 ans. Sur le Tour de France auquel il était venu rendre visite, avec une participation à l’émission Vive le Vélo de la télévision flamande VRT, c’est le choc. Une douche glacée. Un véritable coup de massue.

Consentement à l'utilisation de Cookies selon le RGPD avec Real Cookie Banner