INTERMARCHÉ
WANTY

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Giro d'Italia

Le Giro d’Italia a commencé par un contre-la-montre

Ce samedi 6 mai, Intermarché-Circus-Wanty entame son troisième Tour d’Italie. L’équipe de Jean-François Bourlart revient sur une épreuve qu’elle a marqué de son empreinte lors de ses deux premières participations, avec trois victoires d’étape mémorables et deux top 10 au classement final.

La 106ème édition du Giro s’élance des Abruzzes, sur les terres du partenaire Vini Zabù, en vue de rallier Rome le 28 mai. Le tracé comporte sept étapes de montagne dont cinq arrivées au sommet, 70 kilomètres contre-la-montre répartis en trois étapes et un passage en Suisse.

PARCOURS

Le premier maillot rose sera décerné au terme d’un chrono individuel de 18,4 kilomètres dans la province de Chieti. Le peloton va rapidement s’expliquer dans les hauteurs avec une arrivée à Lago Laceno le quatrième jour, en haut de l’ascension du Colle Molella. La première arrivée au sommet intervient le septième jour sur les pentes du Gran Sasso d’Italia, à plus de 2100 mètres d’altitude dans les Apennins. 

Un chrono individuel de 33,6 kilomètres vers Cesena le neuvième jour mène à la première journée de repos. S’ensuivent plusieurs étapes vallonnées qui conduisent au nord du pays, jusqu’à rallier la Suisse le treizième jour avec une arrivée au sommet de Crans-Montana, précédée d’un passage par le col du Grand Saint-Bernard, qui trône à près de 2500 mètres d’altitude et qui constitue le toit de cette édition.

Trois arrivées au sommet attendent les coureurs dans la dernière semaine, avec dans l’ordre un final au Monte Bondone (16ème étape), Zoldo Alto (18ème étape) et Tre Cime di Lavaredo (19ème étape). Cette dernière, considérée comme l’étape reine, emprunte plusieurs géants des Dolomites : Passo Campolongo, Passo Valporola, Passo Giau et Passo Tre Crochi.

 La lutte pour le classement général s’achève par un contre-la-montre en montée de 18,6 kilomètres jusqu’au Monte Lussari, avant une étape de clôture dans les rues de la capitale. 

SÉLECTION

Parmi les huit coureurs sélectionnés, deux hommes ont contribué à l’impressionnant succès collectif sur la dernière édition, où l’équipe avait décroché par moins de onze top 5. Rein Taaramäe, vainqueur d’étape en 2016, faisait partie de trois échappées qui sont allées au bout, notamment à l’Etna (3ème) et vers Genoa aux côtés de Lorenzo Rota, qui avait frôlé le succès d’étape. Le vice-champion d’Italie participera à son tour national pour la quatrième fois.

Avec Rota, Niccoló Bonifazio et Simone Petilli, l’intégralité du contingent italien de l’équipe disputera le Giro. Lors de son unique participation en 2018, Bonifazio avait obtenu trois podiums dans des arrivées au sprint. Il a récemment remporté son premier succès pour la World Team sur le Tour de Sicile, notamment épaulé de Simone Petilli, huitième du général et qui participe au Giro pour la quatrième fois.

Au départ de son sixième Grand Tour, Sven Erik Bystrøm va découvrir le Giro pour la première fois de sa carrière, au même titre que trois talents belges Laurens Huys (24 ans), Arne Marit (24 ans) et Laurenz Rex (23 ans). Le véloce Marit a décroché ses premiers top 10 en World Tour cette saison sur des étapes de Paris-Nice et du Tour de Catalogne, tandis que le grimpeur Huys a contribué à plusieurs victoires de l’équipe en parfait équipier. Neuvième et révélation de Paris-Roubaix, Rex avait débloqué son compteur chez les professionnels un mois auparavant alors qu’il effectuait son retour à la compétition.

« Je garde un excellent souvenir de nos deux premières participations au Giro. Il y a deux ans, Taco van der Hoorn avant décroché une victoire spectaculaire et libératrice. Un an plus tard, nous avons assisté à l'émergence de Biniam Girmay et deux coureurs ont terminé parmi les huit premiers du général. Ce succès est le fruit d'une grande combativité et d'une volonté collective de réaliser l'impossible. Cet esprit sera à nouveau notre arme ces trois prochaines semaines pour réaliser un beau Tour d'Italie. »

« À chaque étape, nous essayerons d’exploiter chaque opportunité d'obtenir le meilleur résultat possible avec nos coureurs. Nous allons analyser l'évolution du classement au jour le jour pour identifier les équipes qui ont l’ambition de contrôler. Nos coureurs vont se montrer et ce, dès le départ du Giro. La troisième étape pourrait déjà constituer une première chance pour une échappée. Il y a un an et demi, Rein Taaramäe a montré sur la Vuelta qu'il est même possible de faire un doublé aussi tôt : gagner et s’emparer du maillot de leader. »

« Ce Tour d'Italie sera une étape importante dans le développement de nos trois jeunes talents belges. En plus de Taaramäe, nous avons plusieurs éléments expérimentés à leurs côtés, qui ont fait briller les couleurs de notre équipe à l'offensive sur les plus grandes épreuves. Je pense à Lorenzo Rota, proche d’une victoire l'an dernier, ou encore à Sven Erik Bystrøm, qui a remporté le prix de la combativité lors du dernier Tour de France. Je crois aussi aux chances de Laurenz Rex dans une échappée. Avec Niccolò Bonifazio et Arne Marit, nous avons deux coureurs rapides dans nos rangs. En montagne, j'attends avec impatience les performances de Laurens Huys, Simone Petilli et Taaramäe. »

« Fin 2021, j’ai eu la chance d’être invité à Ortona lors de l’annonce du partenariat entre Intermarché-Circus-Wanty et Vini Zabù. Accueillir la famille Sciotti dans notre équipe était un grand moment de fierté pour moi, après avoir eu l'honneur de représenter les couleurs d'une formation italienne dont Vini Zabù était le sponsor principal. C'est un privilège pour notre équipe de pouvoir compter sur des partenaires amoureux du cyclisme. Le départ depuis Pescara nous donne tous une motivation particulière pour livrer le meilleur de nous-mêmes. »

« Ma forme n'a jamais été aussi bonne à cette période de l'année. J’ai connu une préparation parfaite. Mes bonnes sensations sur la classique de Eschborn-Frankfurt indiquent que je serai au top de ma forme pour démarrer mon quatrième Tour d'Italie. Point de vue du parcours, il y a plusieurs étapes qui devraient me convenir dans les deux premières semaines. Ensemble avec l'équipe, nous analyserons la situation au jour le jour en cherchant à décrocher le meilleur résultat possible. J’ai une attention particulière à la quinzième étape qui mène vers Bergame, la ville dans laquelle j'ai grandi. Mais je ne compte pas attendre aussi longtemps pour me montrer ! »

Giro d’Italia :
Stage 1
 (06/05): Costa dei Trabocchi Fossacesia – Marina Ortana(19,6km)(TT)
Stage 2 (07/05): Teramo – San Salvo (201km)
Stage 3 (08/05): Vasto – Melfi (216km)
Stage 4 (09/05): Venosa – Lago Laceno (175km)
Stage 5 (10/05): Atripalda – Salerno (171km)
Stage 6 (11/05): Napoli – Napoli (162km)
Stage 7 (12/05): Capua – Gran Sasso d’Italia (Campo Imperatore) (218km)
Stage 8 (13/05): Terni – Fossombre (207km)
Stage 9 (14/05): Savignano sul Rubicone – Cesena (35km) (= TT)

15/05: Repos

Stage 10 (16/05): Sacnadiano – Viareggio (196km)
Stage 11 (17/05): Camaiore – Tortona (219km)
Stage 12 (18/05): Bra – Rivoli (179km)
Stage 13 (19/05): Borgofranco d’Ivrea – Crans Montana (207km)
Stage 14 (20/05): Sierre – Cassano Magnago (193km)
Stage 15 (21/05) Seregno – Bergamo (195km)

22/05: Repos

Stage 16 (23/05): Sabbio Chiese – Monte Bondone (203km)
Stage 17 (24/05): Pergine Valsugana – Caorle (195km)
Stage 18 (25/05): Oderzo – Val di Zoldo (161km)
Stage 19 (26/05): Longarone – Tre Cime di Lavaredo (183km)
Stage 20 (27/05): Tarvisio – Monte Lussari (18,6km) (= TT)
Stage 21 (28/05): Roma – Roma (115km)

Sélection:
Niccoló Bonifazio 
Sven Erik Bystrøm 
Laurens Huys
Arne Marit 
Simone Petilli 
Laurenz Rex 
Lorenzo Rota
Rein Taaramäe

Direction sportive:
Aike Visbeek
Steven De Neef
Valerio Piva

SHARE ARTICLE

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
Consentement à l'utilisation de Cookies selon le RGPD avec Real Cookie Banner