INTERMARCHÉ
WANTY

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Giro d'Italia

Laurenz Rex auteur d’un numéro sur la plus longue étape

Face aux équipes de sprinteurs en chasse toute la journée, le jeune belge Laurenz Rex (23 ans) a réalisé un véritable numéro à l’avant de la course sur la onzième étape du Tour d’Italie, la plus longue de cette édition avec ses 219 kilomètres.

Peu après le départ, le coureur de Raeren avait porté l’attaque décisive qui a permis à l’échappée de se constituer. Avec lui, cinq autres coureurs l’ont accompagné tandis que le peloton ne leur accordait pas plus de 4 minutes.

Un par un, les compagnons de fuite de Laurenz Rex ont lâché prise sous la succession des trois difficultés du jour : Passo del Bracco (10 km à 4,4%), Colla di Boasi (9 km à 4,0%) et Passo della Castagnola (5 km à 4,5%). Peu après la pancarte des 20 derniers kilomètres, Rex s’est défait de son dernier compagnon d’échappée pour entamer un raid solitaire face à un peloton décidé à s’expliquer au sprint, distant à moins d’une minute.

Le Belge, qui dispute actuellement son premier Grand Tour et qui a récemment reconduit son contrat avec l’équipe de Jean-François Bourlart jusqu’en 2026, a longtemps manœuvré avec un matelas de 25 secondes, pour finalement être repris à cinq kilomètres du but, mettant fin à une épopée de 210 bornes à l’avant. 

Les sprinteurs de la World Team, Arne Marit et Niccolò Bonifazio, ont ensuite négocié l’emballage final nerveux dans les rues de Tortona. Le premier cité accroche la dixième place, soit le septième top 10 de l’équipe Intermarché-Circus-Wanty sur cette édition, juste devant son coéquipier en onzième position.

« Jusqu’à présent, mon premier Grand Tour s’est avéré particulièrement difficile. Quasi tous les jours, nous devons braver des conditions météorologiques dantesques, ce qui entraîne inévitablement des cas de maladie dans le peloton. Mon profil de coureurs des classiques m’offre une bonne résistance face à ces conditions. Malgré tout, j’ai énormément souffert toute la journée hier. J’ai même été l’un des premiers lâchés du peloton. C’était mentalement difficile, mais le soutien de l’équipe m’a aidé à comprendre que ce genre de jour sans n’est pas inhabituel sur un Grand Tour. » « Je me sentais revigoré ce matin, j’ai attaqué dès le début de l’étape avec des jambes aussi bonnes qu’en première semaine. Mais le peloton ne nous a pas laissé de champ libre, un écart qui oscillait entre deux à trois minutes toute la journée, ce qui a rendu la tâche encore plus ardue pour notre échappée. Assez tôt, j’ai compris qu’il fallait poursuivre cette tentative en solitaire pour aller le plus loin possible. Je suis heureux d’avoir montré ce dont je suis capable pour la première fois sur ce Giro. J’espère être récompensé de mes efforts avec le dossard rouge de la combativité à l’issue du vote des fans sur Twitter. Je vais profiter du massage et d’une bonne nuit de sommeil, dans l’espoir de ne pas trop payer cette journée demain et d’ensuite poursuivre notre lutte pour la victoire d’étape. »

RESULTS

0
1.Pascal AckermannUAE Team Emirates5:09:02
2.Jonathan MilanBahrain-Victorious+0:00
3.Mark CavendishAstana+0:00
10.ARNE MARITIntermarché-Circus-Wanty+0:00ARNE MARIT

SHARE ARTICLE

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
Consentement à l'utilisation de Cookies selon le RGPD avec Real Cookie Banner